Ordre Géomètres-Experts

Loi CAP ET Permis d’aménager – Le CRDI répond aux Géomètres-Experts

Dans le cadre des demandes de permis d’aménager, les dispositions des articles L.441-4 et R.441-4-2 nouveaux du Code de l’urbanisme imposent désormais au maître d’ouvrage de justifier qu’il a fait appel aux compétences nécessaires en matière d’architecture, d’urbanisme et de paysage. Et notamment, qu’il a eu recours aux compétences nécessaires en matière d’architecture, d’urbanisme et de paysage dont celles d’un architecte régulièrement inscrit au tableau de l’Ordre des architectes pour les opérations de plus de 2500 m².

Par |20 décembre 2017|Ordre Géomètres-Experts, présentation nouvelle loi|

LOI MACRON – Le Sénat rejette les amendements nocifs

Extrait du courrier de François Mazuyer
Président du Conseil Supérieur de l’Ordre des Géomètres-Experts
adressé à la profession le mercredi 15 avril 2015 :

« Les deux amendements déposés en urgence le 2 avril par le gouvernement et par un sénateur visant à modifier en profondeur la loi ordinale [des Géomètres-Experts] (n° 1502) et les dispositions que nous avions validées sur l’intégration des topographes (n° 927) ont été respectivement rejeté et retiré par les sénateurs en séance du 14 avril.

Le manque de concertation, ainsi que l’absence d’intérêt de ces amendements ont été soulignés. D’autres sénateurs ont relevé l’impérieuse nécessité de maintenir un haut niveau de formation et de compétence pour accéder à la profession.

Enfin, la valeur ajoutée des géomètres-experts a été largement appréciée lors des débats. Commentaire qui ne peut que satisfaire les professionnels…et qui engage à maintenir une haute qualité de service.

Le soutien de notre ministre de tutelle, la réaction rapide de la profession, de ses instances représentatives et de l’ensemble des équipes a permis d’alerter les sénateurs rapidement.

[…] »

Rappelons ici que : « La première mission des géomètres-experts consiste à garantir le droit de propriété, droit fondamental. Toute atteinte à la qualité du service rendu par la profession porte alors atteinte à ce droit inscrit dans la Constitution. »
extrait du communiqué de presse de l’O.G.E. « Alerte Loi MACRON »  du 8 avril 2015.

Par |15 avril 2015|Ordre Géomètres-Experts|

Les géomètres-experts sur le toit de l’Europe

Organisée du 12 au 14 septembre 2013, la 7e campagne de mesure du Mont-Blanc a permis de déterminer l’altitude du sommet à 4810,06 mètres.

Article extrait du site de l’ordre des Géomètres-Experts 

illustration

Les informations recueillies par les géomètres-experts et leurs partenaires, depuis la première campagne en 2001, constituent une base de données importante pour les générations futures. Cette expédition, organisée tous les deux ans, est à chaque fois l’occasion de tester le matériel de topographie de pointe qui connait des évolutions continues.

Un partenariat historique

Initiée en 2001 par les géomètres-experts de Haute-Savoie et Leica Geosystems, la campagne de mesure du Mont-Blanc est devenue un rendez-vous régulier qui a lieu tous les deux ans en septembre. Le matériel de topographie de pointe est prêté par Leica, la mesure de l’altitude est réalisée avec le réseau TERIA de précision centimétrique en temps réel, la gestion du réseau TERIA étant assurée par la société EXAGONE. L’expédition est encadrée par les guides de Chamonix et de Saint-Gervais, et notamment cette année Christophe Profit et Serge Bazin.

Pour la science et la technique

Le seul moyen de mesurer le Mont-Blanc avec une précision centimétrique, cette même précision que les géomètres-experts exigent dans leurs travaux quotidiens, nécessite de monter à son sommet un appareil GPS topographique, qui fonctionne comme un récepteur satellite mobile. Cette station GPS mobile calcule l’al­titude avec les corrections reçues du réseau de stations permanentes GPS TERIA. En raison de l’altitude du point mesuré, les mesures réalisées en temps-réel seront ensuite affinées en post-traitement par l’IGN (institut national de l’information géographique et forestière) pour une précision encore plus fine des données. L’altitude ultra-précise sera connue fin novembre. Cette expédition est évidemment toujours l’occasion de tester la résistance du matériel et les algorithmes de calcul des GPS professionnels de Leica Geosystems, soumis à des conditions météorologiques particulièrement difficiles ainsi que la fiabilité des mesures réalisées en temps réel à l’aide du réseau TERIA.

Dans une perspective à long terme

Une fois recueillies, les données sont analysées par différents scientifiques (météorologues, géologues, climatologues). De même que la modélisation de la calotte glaciaire sommitale réalisée par Geomedia avec le logiciel Covadis donne une information précise sur le volume de neige et ses variations, les variations de l’altitude du Mont-Blanc viennent compléter les bases de données scientifiques dont les glaciologues et météorologues ont besoin. Dans une perspective à long terme, ces données sont importantes pour fournir aux générations futures les moyens de comprendre les conséquences des variations météorologiques.

Les résultats des années précédentes
Année Altitude mesurée Volume de neige au-dessus de 4800 m
2011 4810,44 21 281 m3
2009 4810,45 21 626 m3
2007 4810,90 24062 m3
2005 4808,75 14 248 m3
2003 4808,45 14 598 m3
2001 4808,40 Non mesuré

 

Par |10 mars 2014|Ordre Géomètres-Experts|