Extrait du courrier de François Mazuyer
Président du Conseil Supérieur de l’Ordre des Géomètres-Experts
adressé à la profession le mercredi 15 avril 2015 :

« Les deux amendements déposés en urgence le 2 avril par le gouvernement et par un sénateur visant à modifier en profondeur la loi ordinale [des Géomètres-Experts] (n° 1502) et les dispositions que nous avions validées sur l’intégration des topographes (n° 927) ont été respectivement rejeté et retiré par les sénateurs en séance du 14 avril.

Le manque de concertation, ainsi que l’absence d’intérêt de ces amendements ont été soulignés. D’autres sénateurs ont relevé l’impérieuse nécessité de maintenir un haut niveau de formation et de compétence pour accéder à la profession.

Enfin, la valeur ajoutée des géomètres-experts a été largement appréciée lors des débats. Commentaire qui ne peut que satisfaire les professionnels…et qui engage à maintenir une haute qualité de service.

Le soutien de notre ministre de tutelle, la réaction rapide de la profession, de ses instances représentatives et de l’ensemble des équipes a permis d’alerter les sénateurs rapidement.

[…] »

Rappelons ici que : « La première mission des géomètres-experts consiste à garantir le droit de propriété, droit fondamental. Toute atteinte à la qualité du service rendu par la profession porte alors atteinte à ce droit inscrit dans la Constitution. »
extrait du communiqué de presse de l’O.G.E. « Alerte Loi MACRON »  du 8 avril 2015.